1/14

Centre culturel "La Loge", Paris, 2020

L’avenue Denfert-Rochereau est constituée sur une large portion, de bâtiments dessinant un front de rue homogène et continu, chacun des ensembles bâtis s’articulant autour de cours ou jardins, plus ou moins ouverts sur l’avenue. Le lot Denfert propose une emprise beaucoup plus réduite que ses voisins Robin ou Oratoire, pour laisser place à une des entrées principales du nouveau quartier. La parcelle prend alors un nouveau statut urbain de part son ouverture sur la ville. Il ne s’agit plus de venir dessiner une continuité de l’avenue, mais une articulation de la ville au nouveau quartier historiquement enclavé. Le projet n’émerge pas comme un objet autonome dans la ville, mais comme un fragment témoignant de l’histoire du site et de son évolution récente. Il doit à la fois signifier la présence d’un équipement culturel remarquable et aider à infiltrer « l’enclos urbain » de l’hôpital Saint Vincent de Paul. En ce sens l’angle de la parcelle est stratégique. Le nouvel équipement doit trouver son ancrage par la construction « savante » de cet angle urbain.

La typologie classique de l’équipement de spectacle dissimule bien souvent ses lieux de représentations, retranchés et hermétique au cœur de l’édifice. Le programme propose d’ouvrir le théâtre et de le faire communiquer avec son environnement. Le bénéfice est double : les espaces intérieurs tirent parti du paysage pour s’y projeter, et en retour le bâtiment s’anime et vit face à la ville. Il met alors en scène une profondeur tant spatiale qu’identitaire puisque le spectateur devient acteur et l’acteur devient spectateur. Cette idée de réversibilité est porté dans le projet par la manière dont le bâtiment installe les conditions de visibilité entre intérieur et extérieur. L’architecture n’est pas ici un spectacle mais un véritable dispositif, une machine qui organise les conditions d’un spectacle quotidien et inattendu des usages.

Le projet est organisé autour d'un foyer public vertical. C’est un espace social dynamique avec des plates-formes qui se chevauchent. Des halls d'entrée à plusieurs niveaux offrent des espaces de détente et des usages récréatifs pour les utilisateurs. L'escalier ouvert organise l’emboitement des espaces qui développent des interactions fortes entre les niveaux et encouragent les visiteurs à explorer les différents espaces développés sur la hauteur du bâtiment.

Le foyer est un « vortex » spatial à l’intérieur du bâtiment, dans le sens ou il absorbe les flux de la ville et des usagers depuis la rue jusqu’aux portes de la salle de spectacle. Cette continuité urbaine à l’intérieur du bâtiment est fondatrice du projet et en détermine ces choix organisationnels, spatiaux et matériels.

Alors que la forme du bâtiment exprime le mouvement, la matérialité plus statique en pierre accroche l’édifice au contexte parisien. C’est sur ce dialogue entre statique et dynamique que le projet repose. La forme du projet, volontairement fragmentée et dynamique traduit une idée du mouvement à l’image de la diversité des activités futures de la Loge. L’expression du bâtiment doit véhiculer une image non-institutionnelle de ce futur équipement dont l’objectif est de s’ouvrir au citoyen de la ville en se situant dans la continuité de l’esprit des grands voisins. Cette approche plastique et sculpturale correspond à la relation que l’architecture, art de la statique, tente de mettre en place avec les arts vivants basés sur le mouvement, le geste, le son… Il s’agit ici de construire une architecture sensible qui stimule les visiteurs par l’expérience du corps dans l’espace. De ce point de vue le projet est beaucoup plus qu’une image. 

Maitrise d'ouvrage : Paris et métropole aménagement

Maitrise d'oeuvre : O'Donnell + Tuomey (architectes mandataires), LINK architectes  (architectes associés), BMF (économie), VP Green (structure), Enertek (fluides, QEB), Lamoureux (acousticien), Ducks (Scénographie).

Programme : 2 salles de concert, 1 salle de théâtre, foyer, bar, restaurant, loges, logements d'artistes, centrale de mobilité, bureaux

Surface : 3800 m2

Budget : 15 000 000 € HT

Calendrier : Concours 2020

© 2020 Link - Chazalon Glairoux Lafond - architectes associés